Chaque enfant a le droit d'aller à l'école!

Gikongoro, Rwanda

Le diocèse de Gikongoro fournit 54% des écoles du territoire du diocèse de Gikongoro. Ses écoles sont réputées pour la bonne qualité de son enseignement. Le diocèse s’engage aux côtés de l’Etat du Rwanda pour réaliser l’Objectif du Millénaire pour le Développement n°2 : « Assurer l’éducation primaire pour tous et ainsi rendre possible l’accès à l’école pour tous les enfants ».

IMG 2131

Cependant, les écoles sont trop petites pour faire face à l’affluence croissante de nouveaux élèves. De même, elles ne satisfont plus aucune norme de sécurité dû à leur vétusté et des endommagements causés par les réfugiés du génocide et des massacres. Le diocèse est donc tenu de rénover, reconstruire et édifier des salles de classe, bureaux de directeur, des latrines et des canalisations pour les eaux pluviales.

  • En 2012 : 6 salles de classe sont réhabilitées, 1 salle de classe, 1 bureau de direction et 1 canalisation des eaux pluviales sont nouvellement construites à l'école primaire de Mushubi.
  • De 2013 à 2014 : 13 salles de classe et un bureau de direction sont reconstruites et équipées et la canalisation des eaux pluviales est mise en place à l'école primaire de Musebeya.
  • En 2015-2016 : 11 salles de classe sont construites et équipées, 1 bloc de latrines à 12 cabines avec canalisation des eaux pluviales sont mis en place pour le centre scolaire de Gisanze – Ruramba. Un bloc de latrines est construit à l'école primaire de Gihemvu.

BLOC DE 4 SALLES DE CLASSES 1

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Les enfants du diocèse de Gikongoro

IMG 3951

Les principaux bénéficiaires des rénovations d’écoles, que la Fondation Partage Luxembourg soutient avec le diocèse de Gikongoro, sont les enfants habitant la région. Les salles de classe vétustes, sombres et non-accueillantes ne favorisent en rien leur apprentissage. Cependant, nous remarquons, que le taux de réussite des enfants augmente, lorsque les écoles sont rénovées, que les classes sont agréables, lumineuses et bien aménagées. De même, les parents sont plus motivés d’envoyer leurs enfants à l’école, si celle-ci est bien soignée.

Des parents qui n’ont pas eu la chance de fréquenter l’école

En effet, il est souvent compliqué d’expliquer aux parents, pourquoi il est si important, qu’ils envoient leurs enfants à l’école. Les parents restent souvent analphabètes, ils n’ont pas pu aller à l’école, parce qu’il n’y avait pas d’école dans leur région, parce qu’ils devaient travailler pour soutenir leur famille, parce que leurs parents ne pouvaient pas payer les frais liés à la scolarité. Les enfants qui fréquentent actuellement les écoles du Rwanda, appartiennent donc à une toute nouvelle génération : la génération de ceux qui ont la chance de suivre un cursus complet à l’école primaire et souvent également secondaire.

Kinder Rwanda

L’Etat a fait beaucoup d’efforts

Dans le cadre du 2e Objectif Mondial pour le Développement, l’Etat rwandais a fait beaucoup d’efforts pour faciliter l’accès à l’éducation pour tous. Ainsi, l’Etat paye les enseignants, même ceux des écoles du diocèse et l’on ne demande plus de frais de scolarité. En ce moment, le pays tend vers ce qu’il appelle le 12YBE : 12 years basic education, donc le fait que chaque enfant accomplisse 6 années d’études primaires et 6 années d’études secondaires. Entretemps, 98% des enfants rwandais sont scolarisés et l’on compte beaucoup moins d’abandons en cours de cursus. Alors qu’en 2005, il était encore courant que la moitié des élèves ayant commencé un cycle d’études ne le termine pas.

Une certaine conscientisation de la population

Le taux élevé de scolarisation pourrait laisser croire, que les conditions de vie ont changé au Rwanda. Cependant, tel n’est pas le cas. La majorité de la population n’a pas changé de condition. Ils vivent dans des maisons de briques qu’ils fabriquent eux-mêmes. Souvent, les maisons n’ont ni électricité, ni eau courante. On vit de l’agriculture. C’est dire, que malgré leur condition, qui n’est pas facile à vivre, les parents ont pris conscience de l’importance de l’éducation et ils font des efforts pour envoyer leurs enfants à l’école.

P1030097

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Carte

Situation géographique et climat

Le Rwanda, ou encore le pays des mille collines, se situe en Afrique de l’Est et partage des frontières avec la République démocratique du Congo, l’Ouganda, la Tanzanie et le Burundi. Il appartient à l’Afrique des Grands Lacs, un des plus connus fait la frontière entre le Rwanda et le Congo RD, c’est le lac Kivu.

DSC01729

La capitale, Kigali, se trouve à 1.400 m d’altitude et une grande partie du pays se situe au-dessus de ce niveau. Cela fait que le Rwanda profite d’un climat clément et d’une température moyenne de 20° C. même s’il est situé juste en dessous de l’équateur. Comme la pluie fait rarement défaut au Rwanda, le paysage est verdoyant, on y distingue de nombreuses parcelles cultivées par leurs propriétaires ou locataires à la houe. Les gens habitent dans les collines, dans des maisons de briques, qu’ils fabriquent eux-mêmes. Les routes vers Kigali sont bien aménagées ou en cours de réfection, mais celles reliant les petits villages et les collines sont souvent dans un état mauvais et difficilement praticables.

Le pays est divisé en quatre provinces administratives plus la ville de Kigali, qui a un statut particulier. Le Rwanda est le pays le plus peuplé d’Afrique continentale avec 430 habitants/km2.

P1030139

Economie et politique

Le Rwanda est une république de type présidentiel, le Président est élu au suffrage universel. Le parlement rwandais est composé de deux chambres, la Chambre des députés et le Sénat. En 2008, le parlement du Rwanda est devenu le premier parlement du monde à afficher une majorité de femmes !

Le français et le kinyarwanda étaient les langues officielles du Rwanda depuis la colonisation belge. Mais, les mauvaises relations entre le Rwanda et la France, après le génocide,  le retour de nombreux réfugiés tutsis de l’Ouganda anglophone et le rapprochement aux Etats-Unis ont changé la situation. Depuis 2003, l’anglais est langue officielle au Rwanda, l'anglais est également devenue la seule langue d’enseignement en 2010.

L’économie rwandaise dépend fortement de l’agriculture, 87% des habitants du Rwanda travaillent la terre. D'autre part, le domaine des services se développe beaucoup et le pays dispose de quelques ressources minérales (étain et columbo-tantalite p.ex.).

Gikongoro Contexte 1

L’accès à l’eau courante et à l’électricité reste toujours une grande difficulté dans ce pays, caractérisé par ses nombreuses collines qui ne facilitent en rien la résolution de ces problèmes.

 

Génocide de 1994

Avant la colonisation, le peuple rwandais était structuré en clans, composés d’éleveurs, les Tutsis, d’agriculteurs, les Hutus, et d’artisans, les Twa. Ces clans n’avaient rien de fermé, les gens pouvaient changer de métier et se marier même en appartenant à des clans différents. Ce n’est qu’avec l’arrivée des étrangers que ces distinctions prirent des significations politiques, raciales et contenaient un jugement de valeurs. Le fait que le colonisateur préférait les uns aux autres pour accéder au pouvoir fit naître la haine raciale qui donna lieu aux pogroms et finalement au génocide de 1994. Le génocide des Tutsis est un des 4 génocides du XXe siècle reconnus par les Institutions internationales.

Le soir du 6 avril 1994, l’avion présidentiel rwandais est abattu dans un attentat, les présidents rwandais et burundais, le chef d’état-major rwandais et une dizaine d’autres personnalités y trouvent la mort, ainsi que l’équipage français. Le génocide des Tutsis se déchaîna parallèlement et emporta en un mois 800.000 personnes selon l’ONU et plus d’un million selon les sources rwandaises. Grand nombre des morts étaient Tutsis, mais il y eut aussi des Hutus assassinés car ils cachaient des Tutsis, parce qu’ils étaient contre le génocide. Il y eut ceux aussi, qui étaient exécutés sans jugement pour être des génocidaires. Beaucoup de rwandais ont fui le pays, suite au génocide de 1994 et au conflit de 1997-1998, on comptait 3,5 millions de réfugiés rwandais. La plupart des réfugiés rwandais qui avaient trouvé asile en RD Congo, au Burundi ou en Ouganda, sont entretemps rentré chez eux. Malgré cela, il reste un certain nombre de réfugiés notamment en RD Congo, dont le statut n’est pas clair.

Commémoration du génocide à Kibeho, où des réfugiés furent brûlés vifs dans l’incendie d’une église en 1994.

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

100%

Aidez-nous à atteindre
nos objectifs




Contact

partage.lu - Bridderlech Deelen
27, rue Michel Welter L-2730 Luxembourg
Tél. 26 842 650

logo fondation partage luxembourg Q

Copyright © Partage 2016

 Nos Partenaires

   votum logo300dpi gris

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer