Manque de revenus, guerre des trafiquants, maladies et le Corona … Les favelas sont devenues des pièges à souris

DSC01390Au début de la crise sanitaire, nous avons eu peur pour les habitants des bidonvilles, des favelas ! À Rio de Janeiro, partage.lu appuie une crèche dans la favela Morro São Carlos. La responsable de la crèche nous informe aujourd’hui qu’à aucun moment la crèche a été fermée. Plus encore : les enfants ont besoin de cet espace pour se défouler, rencontrer leurs amis et avoir une alimentation saine. Enfermés dans les cabanes avec les parents, aucune mesure sanitaire n’est réalisable.

Le confinement et les restrictions liées déplacements se révèlent plus meurtriers que le virus. La responsable nous dit : "Grâce à Dieu, le virus ne se répand actuellement pas dans la favela, alors que les prix des aliments augmentent trop, de même le prix du gaz de cuisine. Les parents n’ont pas la possibilité de travailler. Dépendants du maigre revenu journalier, beaucoup de familles dans les favelas ne savent plus nourrir leurs enfants. Ils demandent à la crèche de prendre les enfants pendant la journée et même de donner de la nourriture aux familles".

La crise sanitaire a également relancé la guerre entre les trafiquants d’armes et de drogues. Les tirs résonnent pendant toute la journée et mettent en danger la vie des habitants. Si la police entre dans la favela, c’est pire encore, parce qu’elle tire d’abord et identifie par après de qui il s’agit.

Les conditions sanitaires dans les favelas, où se multiplient les déchets et les rats dans les égouts, provoquent d’autres maladies comme la tuberculose, les pneumonies et des maladies de la peau. Les conditions de vie, la violence et le bas niveau de conscientisation et de formation favorisent en plus les maladies sexuellement transmissibles ainsi que le Sida.

Enfin il est à déplorer que le gouvernement brésilien gère la crise Corona d’une manière catastrophique et ne protège pas les plus démunis de la société.

La favela est devenue plus que jamais un piège, plus à cause des effets de la crise et d’un gouvernement désintéressé que par le virus lui-même...

 

vertical

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer



Contact

partage.lu - Bridderlech Deelen
27, rue Michel Welter L-2730 Luxembourg
Tél. 26 842 650

logo fondation partage luxembourg Q

Copyright © Partage 2016

 Nos Partenaires 

 Cercle 2019 noir et blanc  CIDSE gray logo de base couleur positif rvb kierch nb votum logo300dpi gris INFOGREEN NB