Guatemala FeldVisite de travail chez notre partenaire au Guatemala

Du 8 au 23 août une délégation de Bridderlech Deelen a rendu visite à son partenaire au Guatemala, la Fundación Fray Domingo de Vico. Lisez nos impressions de voyage!

Le projet porte ses fruits!

Bridderlech Deelen travaille depuis plus de 10 ans avec la Fundación Fray Domingo de Vico. Ensemble nous soutenons les paysans de la région de Cahabón pour adapter leurs méthodes agricoles afin de mieux nourrir leurs familles. Un des objectifs recherchés est que les paysans ne brûlent plus leurs terres après la récolte, afin d'éviter l'érosion et de permettre que la couche fertile se rétablisse.

Guatemala differenceSi en 2011 les premières évaluations du projet montraient que 1.000 familles sur le territoire de Cahabón avaient arrêté de brûler leurs terres, nous sommes contents de constater en 2015 que désormais plus de 2.000 familles ont opté pour les méthodes agroécologiques et ne brûlent plus leurs champs. Ceci montre que les nouvelles méthodes sont de plus en plus acceptées par la population. Beaucoup de paysans nous disent qu'ils ont été convaincus par les résultats concrets sur les champs de leurs voisins ou amis dont les fils fréquentent les écoles de la Fundación Fray Domingo. Comme on peut le constater sur la photo ci-contre, la différence entre un champ brûlé et cultivé aux méthodes traditionnelles (la partie au milieu de la photo) et un champ cultivé selon des principes agroécologiques (pas brûlé, engrais exclusivement naturel, cultures adaptées au sol - parties à gauche et à droite sur la photo) est énorme.

Guatemala SelamunixLes visites chez les communautés villageoises suscitaient une très grande joie parmi l'équipe de Bridderlech Deelen. De nombreux paysans témoignent qu'ils voient désormais l'agriculture sous un autre angle. Auparavant, ils s'efforçaient de suivre la loi du marché, c'est-à-dire de produire au mieux ce qui est demandé par le marché. Maintenant, ils produisent d'abord pour nourrir leurs familles, alimenter la terre pour la conserver, donner à manger aux bêtes. Seulement s'il reste du surplus, ils se rendent au marché pour vendre leur production. Cette manière de vivre leur permet d'atteindre un certain niveau d'autosuffisance et de ne plus devoir dépenser autant pour acheter des aliments. Certains campesinos affirment même que leurs champs sont entretemps comme un supermarché : ils y trouvent tout ce dont ils ont besoin pour vivre !

Comme dans la région de Cahabón (55.000 habitants) le taux de sous-alimentation reste élevé, la Fundación et son école Escuela de Agricultura Tropical sont en train d'élaborer un manuel du paysan. Ce répertoire regroupe les plantes aux meilleures qualités nutritionnelles, les informations agronomiques y relatives ainsi que des recettes hautement nutritves, riches en vitamines et minéraux afin de favoriser les bonnes pratiques chez les familles paysannes.

 

Povo Apinajé CIMI slide

Où acheter le café AMARA?

 Commander le café (à partir de 4 kg)

amara kaffi final front web slide

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer



Contact

partage.lu - Bridderlech Deelen
27, rue Michel Welter L-2730 Luxembourg
Tél. 26 842 650

logo fondation partage luxembourg Q

Copyright © Partage 2016

 Nos Partenaires 

 Cercle 2019 noir et blanc  CIDSE gray logo de base couleur positif rvb kierch nb votum logo300dpi gris INFOGREEN NB